Dossier : déconfinement

Dossier : déconfinement

En terrasse, j'oublie tout... ou presque !

Écrit par : Guillaume Gesret

NI463-p14-dossier-terrasses-credit-Mathias-Glikmans.jpg
Salariés et habitants des Terrasses n’ont pas boudé leur plaisir de se retrouver.

Le mercredi 19 mai, la vie reprenait sur les terrasses des restaurants et dans les commerces de Nanterre. Les habitants ont eu la joie de retrouver les petits plaisirs simples d'une vie en passe d'être déconfiné.

Il est midi et demi, les tables des terrasses des cafés et des restaurants de la place Gabriel-Péri en centre-ville sont pratiquement toutes occupées, malgré une météo capricieuse. Deux copines font un selfie pour immortaliser le moment – un quotidien devenu exceptionnel en somme. À la table d’à côté, Perrine n’a d’yeux que pour le dessert qui vient de lui être servi. « Un crumble caramel beurre salé, j’en rêvais depuis des mois », nous confie cette Nanterrienne. Pour elle, déjeuner en terrasse, c’est la vie qui reprend. « Je vois et discute avec des gens que je n’avais pas croisés depuis de longues semaines. » À l’image de Thomas, masque baissé sur le menton, que Perrine est heureuse de revoir. « Ces rencontres en terrasse m’avait manqué », nous dit aussi Thomas. Avant d’ajouter : « J’oublie un peu le Covid, je me sens serein, je suis à l’air libre et sans doute moins exposé que dans les transports en commun. »
La restauratrice du Frivoli’thé semble moins tranquille. « C’est un peu stressant, on a perdu nos repères après ces six longs mois et le protocole sanitaire n’est pas facile à mettre en place. Heureusement, nos fournisseurs étaient prêts et les clients sont au rendez-vous. Depuis une semaine, nous recevons des appels des habitués qui veulent réserver une table. » La serveuse, qui slalome entre les tables plateau à la main, a retrouvé ses réflexes. « Je suis ravie de travailler après des mois de chômage partiel pesants. J’espère augmenter mes revenus grâce aux pourboires, car mon but est de mettre de l’argent de côté pour partir en Australie ! »

Certains attendent encore les clients

À quelques pas de là, dans la rue Henri-Barbusse, Laurette Lesigne, gérante de la boutique La Cigale et La Fourmi et présidente de l’association des commerçants du centre-ville, entraperçoit le bout du tunnel. « Les commerçants du centre-ville attendaient le déconfinement avec impatience, c’était triste toutes ces boutiques fermées. Nous sommes prêts à accueillir les Nanterriens, d’ailleurs nous leur passons le message dans un clip que nous avons tourné à la Maison de la musique. Ce clip est projeté à partir d’aujourd’hui au cinéma Les Lumières. » Naël Benmerabet, dans sa boutique de prêt-à-porter féminin, La French, attend les clientes. « Pour l’instant, elles ne se bousculent pas, se désole-t-elle. La crise sanitaire a mis un coup d’arrêt à notre activité. Les consommatrices se sont tournées vers le commerce en ligne, mais pour une petite boutique comme la nôtre, il est difficile d’être visible sur internet. » La gérante du magasin, habile dans sa communication, signale que les clientes ne seront pas serrées les unes contre les autres dans sa boutique et que la cabine d’essayage est accessible pour vérifier la coupe et la matière des robes et des pantalons de la collection printemps-été. Alors, on quitte ses écrans et on revient à la rencontre des vrais gens !