En direct

CULTURE

L’art comme un jeu en trompe-l’œil

image-expo-terrasse-emag.jpg

Quand l’œuvre énigmatique de Zohreh Zavareh intrigue et amuse les jeunes élèves du collège André-Doucet. Visite guidée à La Terrasse, espace d’art de Nanterre, dans le cadre des vacances apprenantes.

Pierre volcanique en silicone, faux radiateur et poubelle en bois plus vrais que nature, portraits bizarres sculptés dans du savon… L’exposition de Zohreh Zavareh à La Terrasse est un curieux jeu de piste où tout est illusion et invitation à imaginer des histoires. Le 8 juillet, guidés par Olivier Millerioux, médiateur à La Terrasse, huit élèves de 6e du collège André-Doucet ont découvert l’univers de cette jeune artiste iranienne, lauréate du Prix du conseil départemental des Hauts-de-Seine au dernier Salon de Montrouge. Assis par terre autour du grand tissu de coton suspendu sous le puits de lumière et évoquant le désert, ils repèrent les différents signes qui y sont inscrits, une noix, un bec, une oreille…, avant d’aller de surprises en surprises au gré de l’exposition. « Ce qui est drôle avec Zohreh, c’est qu’on ne sait pas ce qui est vrai ou faux. Elle aime aussi faire des choses qui se voient et d’autres qui ne se voient pas », fait remarquer Olivier avant d’emmener les enfants à la découverte de l’œuvre cachée : de minuscules fourmis peintes sur le mur qui semblent s’échapper de l’interstice d’une porte.

Après la visite, suggestion est faite aux jeunes visiteurs de dessiner ce qui les a marqués. Certains s’installent devant le trône imposant en cire orangée, d’autres se dirigent vers le porte-manteau en faux marbre ou la petite figurine esseulée à tête d’éléphant. « C’est mystérieux et en même temps très réaliste, notent Sirine et Sarah, 11 et 12 ans. On se demande en quoi ces sculptures sont fabriquées. On ne connaît pas non plus le sens de l’histoire et on doit faire des hypothèses. » Les dessins réalisés formeront ensuite la base d’un story-board pour ces élèves qui suivent le dispositif des vacances apprenantes, du 6 au 10 juillet, dans leur collège. « Ils sont entrés tout de suite dans l’exposition. Ce sont des sculptures faciles d’accès, des objets du quotidien avec lesquels ils ont un rapport immédiat, se réjouit Claire Pastor, la professeure d’arts plastiques qui les accompagne. J’aime beaucoup travailler avec les 6e car ils laissent encore libre cours à leur imaginaire et gardent une grande part d’enfance. »

Le nommé chien plat et autres histoires : à La Terrasse, espace d’art de Nanterre (57, boulevard de Pesaro). Du mercredi au vendredi de 12h à 18h, jusqu’au 31 juillet. Entrée libre.